Tu peux confier tes fantasmes, des anecdotes cul, des petites histoires qui te sont arrivées, et lire celles des autres !


Clique ici pour participer et envoyer ton récit !

« Mon fantasme depuis quelques mois est de me retrouver avec l’homme que j’aime à faire l’amour violemment. Qu’il me prenne par le cou, qu’il me soumette à lui en me faisant ressentir toutes ces fourmis dans mon corps. Qu’il me tire les cheveux et qu’il me claque les fesses jusqu’à en être marquée, qu’il me serre le corps… Tout ça en plein air, dans un endroit espacé qui deviendrait notre terrain d’amusement. »
Une femme

« Moi, ce serait de faire l’amour avec le beau-frère de ma belle-sœur. Ça fait quelques années que je le connais, mais là cette année j’ai croisé son regard et j’ai juste une envie : qu’il me prenne sauvagement par dernière et me lèche. »
Une femme de 40ans

« Je suis en plein déménagement, j’ai des affaires en attentes dans le garage d’ ami. Il m’a confié un double de clé pour les récupérer quand je le souhaite.Je vais récupérer quelque affaire dans le garage pendant qu’il travaille, il est 14h et la maison est sensé être vide.
J’entends du bruit qui vient de l’intérieur, d’un naturel curieux je vais vérifier. Salon, cuisine rien mais j’entends que ça se passe dans la chambre, je m’approche de la porte entrouverte et voit sa compagne sur le lit. La tête dans le coussin, elle ne sait pas que je suis là, elle se masturbe. Moi, derrière la porte je ne rate rien de son moment de plaisir jusqu’à ce qu’elle se fasse jouir. Puis je retourne discrètement dans le garage des images plein les yeux. »
Un homme de 33 ans

« Nous sortons de la Fondation Louis Vuitton, après la nocturne de l’exposition Basquiat. Nous sommes en scooter, pratique pour se garer avec le grand parking deux roues juste en face de l’entrée. Sauf qu’il fait déjà nuit quand nous sortons, et pour une raison que j’ignore, la rue n’est pas du tout éclairée.
Il fait tellement noir que je dois utiliser la lampe de mon smartphone pour distinguer mon scooter des autres et récupérer les casques sous la selle. Mais avant de pouvoir m’équiper, mon amie prend mon casque des mains et le pose sur le guidon. Elle déboutonne mon jean, s’agenouille devant moi et commence une magnifique fellation.
Nous sommes en plein milieu de la rue, dans le petit espace entre mon scooter et une moto, uniquement dissimulée par la nuit, à deux pas des autres visiteurs qui quittent l’expo et passant juste à côté de nous sans nous voir. Une belle façon de terminer notre visite. »
Un homme de 45 ans

« Avant de le rencontrer, j’avais des tas de fantasmes que mes exs ne comprenaient pas ou n’avaient pas spécialement l’envie de réaliser. Maintenant je vis ma sexualité librement avec lui. Tant sur mes envies que mes non-envies. Nous parlons beaucoup, avant, pendant ou après l’acte, de ce que l’on aime ou non ou de ce qui nous excite mutuellement. C’est parfois très cru ou très amoureux, mais toujours très excitant.
Nous avons maintenant un fantasme commun : le plan à trois. Avec un homme ou une femme, peu importe mais un(e) inconnu(e). Le voir ne plus savoir où donner de la tête quand nous sommes deux à nous occuper de lui/d’elle… »
Une femme de 24 ans

« C’était un de ces soirs de printemps, lorsque le vent souffle chaud, annonciateur de l’été. La nuit tombait, des centaines de gens se massaient pour venir assister à un spectacle nocturne, projeté sur des monuments au bord d’un cours d’eau. Nous avons décidé de nous installer sur les quais bordant la rivière, dans un petit parc en contrebas relativement caché par quelques feuillages.
Quelques mètres au-dessus de nous, les spectateurs ne se doutaient pas qu’un tout autre spectacle était sur le point de démarrer… Elle était vêtue d’une robe légère, suffisamment longue pour ne rien porter en-dessous sans que personne ne se doute. Elle s’est assise sur moi, de sorte que nous nous faisions face. Nous avons commencé à nous embrasser, nous mordre les lèvres, le cou, les doigts qui effleurent, sur la robe, sous la robe, moi qui me sens de plus en plus à l’étroit… Alors que le spectacle battait son plein, et qu’un couple avait vraisemblablement décidé de faire un tour sur les quais également, j’ai commencé à la pénétrer, sous sa robe. Son humidité et mon excitation traduisaient de la peur de se faire prendre, dans ce petit parc, si proche de la foule.
Lorsque nous avons fini ce moment très (très) intense, nous nous sommes rendu compte qu’un homme situé sur l’autre rive nous observait, sans doute depuis le début. Salutations à toi, cher voyeur, en espérant que notre spectacle ait été meilleur que l’autre…
Je repense à elle et à notre moment à chaque fois que souffle le vent de printemps, si particulier, annonciateur de l’été. »
Un homme de 20 ans (et quelques)

« Mon fantasme depuis quelques mois est de me retrouver avec l’homme que j’aime à faire l’amour violemment. Qu’il me prenne par le cou, qu’il me soumette à lui en me faisant ressentir toutes ces fourmis dans mon corps. Qu’il me tire les cheveux et qu’il me claque les fesses jusqu’à en être marquée, qu’il me serre le corps… Tout ça en plain air, dans un endroit espacé qui deviendrait notre terrain d’amusement. »
Une femme

« L’intérêt de Saint Germain en Laye par rapport à Paris, me dit elle, c’est qu’en semaine après 21h, les rues sont désertes. Rendez-vous est pris pour une visite à la nuit tombée de cette ville que je ne connais pas avec cette inconnue rencontrée sur un site.
Je gare mon 2 roues derrière l’église où nous avions convenu de nous rencontrer. Elle a la trentaine, blonde avec un style classique très « Saint Germain ». Elle a un magnifique manteau en laine gris sombre qui lui arrive à mi cuisse, des bas et des talons hauts. Le manteau n’est pas assez long pour couvrir les bas, et quelques centimètres de peau entre le manteau et les bas sont visibles. C’est peu mais c’est excitant.
Je la suis dans les jolies ruelles pavées du centre ville, pour nous retrouver sur une petite place ouverte mais privée, sous un lampadaire. Elle s’y adosse, ouvre son manteau, dévoilant son corps nu, une poitrine incroyablement généreuse et une peau pâle constellée de grains de beauté. Dans le silence de cette petite place, nous faisons l’amour sous ce lampadaire, juste sous les fenêtres des habitants, occupés dans leur quotidien.
Un magnifique souvenir. »
Un homme de 45 ans

« Nous sommes le 10 août à Paris, il est 19h30, j’ai rendez vous avec une inconnue rencontrée sur un site. Je suis en avance pour la voir arriver à la terrasse où je suis installé, il fait encore près de 30 degrés. Elle arrive à l’heure, joli carré blond, petite jupe d’été à fleurs…excessivement courte, dévoilant de longues jambes hâlées (elle revient de congés) terminées par des chaussures à talons hauts. Une silhouette de rêve, elle a la quarantaine.
Nous parlons, l’ambiance est détendue mais à l’observation. Je lui offre un premier verre, elle m’offre le second. Lorsqu’elle se lève pour commander (service au bar) elle se penche un peu pour ramasser son sac posé à ses pieds, sans plier les jambes, et moi ainsi que mes voisins de terrasse découvrons le bas de ses jolies fesses… la jupe est vraiment courte et elle le sait très bien. La phase d’observation est passée visiblement.
Nous décidons de continuer chez moi, nous prenons sa voiture même si nous ne sommes pas très loin. Nous trouvons facilement une place en ce mois d’août, il est deux heures du matin et les rues sont peu fréquentées. Avant de sortir de la voiture, nous nous embrassons très sensuellement, je caresse ses cuisses, relève sa jupe et caresse ses fesses. Elle me regarde alors en souriant, et change soudain d’attitude. Elle déboutonne rapidement mon jean, sort mon sexe et commence une fellation rapide et plutôt rude.
A peine commencé, un jeune couple arrive sur le trottoir de son côté de la voiture. Nous les entendons arriver, elle me regarde avec ses yeux bleus sans s’arrêter pour voir ma réaction, le couple passe, nous voient en faisant style de rien (juste un petit sourire sur le visage du garçon). Elle retire sa bouche et me demande alors en me masturbant très vite si leur passage m’a excité : je confirme. Elle s’arrête alors, fouille dans son sac, me donne un préservatif, ouvre sa portière côté trottoir, se cambre pour y présenter son cul, et me demande de la prendre.
Je sors de sa voiture, fait le tour, son magnifique cul dépasse juste ce qu’il faut. J’enlève sa culotte, commence à lui embrasser le sexe et le cul, et debout sur le trottoir, je la pénètre, tout en regardant quand même si quelqu’un approche. Elle est passée d’un registre sensuel à un registre très cru, visiblement un langage fleuri l’excite beaucoup. Elle gémit assez fort, mais sa berline contient assez bien le bruit.
Je lui caresse l’anus, et l’effet est très fort sur elle. Elle me demande alors de «lui prendre le cul, et de bien la défoncer». Ok, je m’exécute, très excité par ce contraste de langage entre le début de soirée et maintenant. J’aperçois une personne venir dans notre direction, mais sur le trottoir opposé cette fois. Certes, une partie de mon corps est cachée par la voiture et la rue est large, mais mes mouvements me trahissent. Elle est encore loin, et comme j’ai déjà très envie de jouir, j’ai le temps de me laisser aller juste avant qu’elle ne passe.
Je dis à ma partenaire que je vais jouir, mais elle m’indique «pas dans mon cul». Elle se retire alors et gigote sur son fauteuil de voiture pour me faire face. Elle arrache littéralement le préservatif qu’elle jette sur le trottoir, et me masturbe très vite, assise devant moi, mon sexe au même niveau que son visage. Du coup je n’ai plus à bouger, je reste debout dans la rue, les mains sur le toit du véhicule, à regarder cette jeune fille qui passe de l’autre côté de la rue (sans prêter attention à nous), pendant que j’éjacule très fort sur le visage de la jolie blonde pour son plus grand bonheur, tout en prenant sur moi pour ne pas crier (et ce fut difficile). Après avoir vider un paquet de kleenex pour nous nettoyer un peu (surtout elle) elle m’embrasse tendrement et nous allons à mon appartement : sa bête est rassasiée, pour l’instant…
Un homme de 45 ans

« Avec ma chérie de 26 ans nous avons tenté l’expérience du pegging, c’est-à-dire Mme me sodomisant avec un gode ceinture. Elle m’a donc pris en levrette et l’instant d’un moment sexuel sublime, elle a été la pénétrante et moi le pénétré ce qui a aussi eu pour effet de me mettre à sa place dans nos relations sexuelles habituelles et elle à ma place. Une belle inversion des « rôles ». Même si je n’ai malheureusement pas atteint l’orgasme prostatique durant la pénétration, j’ai adoré cette pratique et cela ayant excité beaucoup ma copine, depuis nous le refaisons régulièrement »
Un homme de 30 ans

« Fantasme à moitié assouvi avec mon chéri : « inaugurer » tous les amphithéâtres de notre fac. Le faire sur le bureau de mon professeur adoré, face aux portes et le lendemain assister à un cours dans ce même amphi avec lui à mes côtés était une des expériences les plus sexy de ma vie. »
Un jeune étudiant studieux de 19 ans.

« Inverser les rôles au moins une fois. Qu’il se laisse prendre comme une femme. Que je le prenne comme le font les hommes… mais avec toute ma féminité. Qu’il puisse ressentir le fait d’être pénétré, de laisser la main, de ne pas diriger, de ne pas imposer. Subir mes assauts. Et moi avoir cette sensation si masculine de le pénétrer… et que tout se floute pour n’être qu’un-e. »
Femme, 26 ans

« En découvrant ce site, cette jolie démarche qu’est la votre, en naviguant dans votre sensibilité aussi touchante qu’excitante, je crois que là tout de suite mon fantasme serait de venir faire l’amour avec vous deux. Vous me donneriez une date, un lieu, une heure… la porte serait ouverte. Seule moi connaitrait les détails de ce rendez-vous secret. Pas d’erreur possible. J’arriverai, sans un mot. Vous et moi sommes en total accord : juste faire l’amour. Librement. Sans tabous. Sans questions. Sans mots. Cela pourrait durer quelques minutes comme quelques heures. Et je repartirai comme je suis venue, en inconnue. »
Une femme de 30 ans en plein fantasme

« Un regard avait suffit quand j’ai recroisé Camille… 3 ans sans se croiser… l’adresse de son cabinet d’avocat était dans mon téléphone . Quand elle me donna rendez-vous entre deux clients .. Nous n’avons pas ou peu discuté, je me suis agenouillé pour la lécher… elle me demanda juste de garder mon jus pour imbiber sa culotte… Je suis reparti et désormais nous avons pris l’habitude de déjeuner ensemble une fois par mois. »
Un homme de 55 ans

« Nous avons fait un plan à 3 avec ma copine et un autre homme. C’était terriblement excitant de voir ma copine sucer l’autre mec et me sucer ensuite. Elle a aussi beaucoup aimé se faire lécher par l’un de nous pendant que l’autre jouait avec ses seins…
Nous avions ensuite fini en beauté avec ma copine à quatre pattes me suçant pendant que notre plan du soir la prenait en levrette. Nous avons eu tous les deux beaucoup de plaisir à vivre cette expérience 🙂 »
Un homme de 32 ans

« L’un des prochains fantasmes que je voudrais réaliser serait un nouveau plan à 3 avec ma copine et un autre mec. Nous l’avons certes déjà fait, mais là je voudrais m’aventurer dans le sexe bi en suçant la queue de notre invité avec ma chérie ou seul pendant qu’elle me suce. Ensuite ma copine pourrait de nouveau s’offrir au mec et se faire prendre comme elle le souhaite… »
Un homme de 33 ans

« J’ai le fantasme de l’inconnue. On se croise dans la rue, dans un train ou un centre commercial. Un regard, un sourire puis elle m’entraîne dans un endroit discret. Sans un mot, sans même savoir son prénom, nos chemins se séparent. »
Un homme de 33 ans

« Une soirée avec un homme vraiment cool, rencontré sur tinder, mec intéressant, pas dans le surjeu de la drague, on s’était déjà chauffés par messages avant ce date. On picole… tranquillement on part, on fait un tour dans ma voiture là on s’embrasse à chaque feu. On se retrouve vers chez lui dans la rue et là c’était très très bon sa main dans ma culotte, ma main sur sa queue les roulages de pelles dingues. Jamais autant excitée par un homme et le contact avec sa peau, son odeur, la rue…
On a fini chez lui , d’abord dans son hall à le sucer, sans doute le meilleur amant que j’ai eu au cours des 2 dernières années, doux et brut en même temps, il m’a rendue dingue. Ce genre de soirée qui fait chavirer. »
Une femme de 38 ans

« Un de mes plus grand fantasme est de faire l’amour à mon chéri. Mes exs me trouvaient bizarre avec cette idée, et disaient que je devais sûrement avoir un complexe par rapport au genre masculin etc. Alors qu’en réalité j’aime juste les autres et j’ai eu la chance de trouver un homme ouvert qui trouvait cette idée géniale !
Donc régulièrement nous prenons notre pied et je n’ai jamais vécu une histoire aussi saine et intense avec quelqu’un 💗 »
Bisous et tendresse d’une épicurienne de 19 ans

« Ma copine et moi étions invités chez ma belle-famille pour Noël, dans une grande maison de banlieue parisienne. En arrivant, on apprend que l’on dormira dans la salle du jacuzzi car il n’y a pas de place ailleurs. On installe donc nos affaires et on gonfle le matelas.
On avait tous les deux très envie de partager un moment dans ce jacuzzi avant d’aller nous coucher. On demande à sa famille de nous l’allumer. Ni une, ni deux, une fois chaud on saute dedans.
Seuls dans cette jolie salle où le plafond est garni de lampes douces représentant une nuit étoilée. On se fait des câlins, des bisous, on se frôle. Sans parler, juste avec des regards, on a vite compris que l’on voulait l’un et l’autre plus que ces caresses.
Mais la peur que la poignée se tourne et que quelqu’un rentre nous bloque pour le moment. Notre désir par prendre le dessus, elle descend sa main vers mon sexe tout excité et me le sort de mon maillot. J’essaye de faire de même avec son bas mais ce n’est pas agréable pour nous. En oubliant complètement le contexte dans lequel nous sommes, on finit par enlever nos bas de maillot.
On commence à faire l’amour dans la position du lotus. Les sensations sont très agréables avec l’eau chaude qui nous masse, les caresses et les va-et-vient. Nous sommes tous les deux au bord de l’apothéose… Mais les grandes lumières s’allument, on se regarde tous les deux surpris. Je suis toujours en elle quand la porte s’ouvre avec son père et sa belle-mère appareil photo à la main.
Tous contents et dans l’ignorance de la situation, les bulles et la mousse protégeant notre intimité, ils nous disent « oh ils sont mignons, ils se font des câlins, vous viendriez dire bonne nuit après ». Ils prennent quelques photos et finissent par partir.
Refroidis par ce moment de panique mais néanmoins morts de rire de leur ignorance, nous finissons notre affaire et remettons nos maillots pour aller dire leur bonne nuit avant de rejoindre notre lit. Nuit qui d’ailleurs ne fut pas terrible  car dormir dans la même pièce qu’un jacuzzi, c’est beaucoup trop humide ! »

« J’aimerais pouvoir regarder une fille sucer mon copain pendant qu’il me caresse, le voir prendre du plaisir et jouir… »
Femme – 19 ans

« Un lendemain de nouvel an, je reçois un texto. Une « amie » aimerait que l’on se voit pour se souhaiter la bonne année. Je la préviens de la présence de mon meilleur ami mais cela ne lui pose aucun soucis. Après quelques textos je comprends qu’elle désire bien commencer l’année.
Je pense que pour une fois j’étais à l’heure à un rendez-vous, enfin je dirai même que l’on était à l’heure. Une soirée inoubliable à s’échanger nos vœux de la bonne année durant un trio torride. »
Un grand réunionnais – 26 ans

« Que mon amie s’expose à moi discrètement dans un lieu public. ascenseur, escalier, entre deux portes… »
Homme – 26 ans

« J’ai pour fantasme de vouloir passer une journée entière de baise, à retourner notre appartement, chaque pièce, chaque meuble, chaque recoin et de laisser la lumière de la journée changer pour finir par se retrouver dans le noir complet. 1, 2, 3, …, 6, 7 baises dans la journée ??? »
Homme – 27 ans

« J’aimerais tellement me faire pendre sur le bureau d’une salle de classe, par un professeur. »
Petite coquine de 26 ans

« Un gros fantasme difficile à réaliser, mais peux-être ne doit il pas l’être : faire l’amour dans un cinéma X avec beaucoup d’hommes qui nous regardent en se touchant. 😈😈😈😍« 

« Lors de vacances, je suis allée chez mon copain quelques jours. Nous avions hâte de nous voir. Le dernier soir avant mon départ, il me propose de faire quelques photos de moi nue, ce que j’accepte avec plaisir mais aussi avec une grande timidité.
Nous faisons des photos dans le salon, entremêlées de caresses et de baisers. Nous allons ensuite dans le jardin entouré de hauts murs en pierre, très intimiste, pour continuer les photos. Nous étions encore en hiver, j’étais nue sous un grand manteau appartenant à mon copain. Il laissait juste entrevoir mon sexe et un sein.
Mon copain s’approche de moi pour me montrer les photos, avec un étrange sourire et le regard sombre. Je finis par me retrouver bloquée contre le mur de pierre froid. Il m’embrasse et commence à me caresser l’entrejambe, et me maintient le cou contre le mur.
Je ne peux plus bouger.Je le branlai en même temps. C’était si intense. Nous étions seuls dans ce jardin en plein hiver, mais nous avions si chaud… »
Femme – 18 ans

Comments are closed.